Bagan

You are here: Home » Bagan

Bagan est l’un des sites archéologiques les plus importants d’Asie du Sud-est avec les temples du complexe d’Angkor Wat et le plus important site culturel de Birmanie.  La vue des 2200 temples qui couvre une superficie de 40 kilomètres carrés est fascinante. La construction de la plupart des temples a été initiée par le Roi Anawratha lorsqu’il accéda au trône en 1044. L’ère de Bagan s’acheva en 1287 quand le royaume capitula face à l’invasion des Shans et des Mongoles.

 

La pagode d’or Shwezigon, l’un des hauts-lieux bouddhistes du Myanmar, fut édifiée en forme de cloche. Elle a servi de modèle à la construction des autres stupas birmans. Elle fut commencée par Anawrahta (1044- 1077) et achevée au XIIe siècle pour abriter, entre autres reliques, une dent de Bouddha.

Le temple-caverne de Kyanzittha Umin, est bâti dans une cavité rocheuse. Certaines fresques représentent les Tartares, qui envahirent Bagan après 1287.

Le temple Gubyaukgyi, de style hindou, se compose d’une antichambre ouvrant sur un vaste sanctuaire. L’absence de lumière naturelle à l’intérieur de l’édifice, construit en 1113 par Rajakumar, est caractéristique de l’époque Pyu.

L’imposant temple Htilominlo édifié par le roi Nantaungmya, en 1218 qui abrite quatre Bouddhas ainsi que des vestiges de fresques datent de la même période.

Dans le village de Taungphi, se trouvent d’anciens monastères aux très belles fresques de la période de la dynastie Khone Baung.

La porte Tharaba est l’un des plus anciens monuments de Bagan, l’une des douze portes et la seule encore debout, de la gigantesque muraille qui entourait Bagan, et qui fut construite sous le roi Pyinbya (848-878). L’entrée est gardée par deux génies, Maung Tin Dé et Thonbanhla.

Le temple Ananda est visible de très loin avec son stûpa doré, reconnaissable entre tous, Ananda est le plus grand temple de Bagan. Construit en 1105 par le roi Kyanzittha, il symbolise la sagesse de Bouddha. C’est un cube central de 53 m de côté, s’élevant en terrasses jusqu’au faîte ou hti (ombrelle), à une hauteur de 51 m. Le temple a la forme d’une croix grecque, avec au centre quatre statues de Bouddha debout de 9,5 m de hauteur, symbole du Nirvana.

Haut de 61 m, le temple Thatbyinnyu est le temple le plus élevé de Bagan. Il fut édifié par Alaungsithu vers le milieu du XIIe siècle. Le passage entre les deux cubes massifs s’effectue par une série de trois terrasses.

Le temple Mingalazedi est donné comme étant la dernière pagode édifiée de l’Empire de Bagan, construite au milieu du 13e siècle à l’initiative du roi Narathihapati (1255-1287), 10 ans avant l’arrivée des mongoles. Sa forme est considérée comme la quintessence des techniques architecturales, le zénith des l’architectures religieuses. Il est posé sur une base carrée avec sur chaque côté un large escalier très abrupt permettant d’atteindre les différentes terrasses (au nombre de trois) et la base du zedi. On estime qu’il fallut six années pour la construire. Mais sa construction est émaillée de légendes. Mingalazedi signifie le stupa de la bénédiction. Mais le roi dut arrêter sa construction, car les astrologues prédisaient que lorsque la pagode serait finie, le pays serait ruiné. Le roi décida de passer outre pour accomplir son travail de mérite. Dix ans plus tard, le roi que l’on avait renommé : “Tayok-Pye-Min ” (qui signifie, le roi qui s’enfuit devant les chinois) abandonnait la cité aux mains des mongoles.

Le temple de Gaw Daw Palin,

Construit par le Roi Narapatisithu après le temple de Sulamani au XIème siècle, celui-ci ne put en achever sa construction. Il fut terminé par son fils Htilomino, avec une structure similaire au temple Sulamani. Gaw Daw Pa Lin compte  un des autels les plus grands parmi les temples de Bagan. Une de ses caractéristiques est d’être un temple à deux niveaux. Un corridor coure le long du block central au premier niveau avec quatre images de Bouddha placées à chaque extrémité.

 Le temple de Sulamani

Sulamani fut construit en 1181 par le Roi Narapatisithu (1174 – 1211). Il est considéré comme plus sophistiqué que ceux de Htilomino et Gaw Daw Pa Lin. Le temple compte lui aussi deux niveaux pour créer un effet pyramidal dans sa structure. La qualité et le travail réalisé dans l’assemblage des briques sont considérés comme les meilleures parmi les temples de Bagan. Des pagodes ont été édifiées aux coins de chaque terrasse, et des chemins d’accès à chaque point cardinal ceinturent le complexe. A l’intérieur du temple était alignée une centaine de cellules monastiques, une caractéristique unique à Bagan. Sulamani renferme aussi quelques ornements en stucco parmi les plus raffinés, toujours encore relativement préservés aujourd’hui. Des images de Buddha font face aux quatre points cardinaux depuis le premier niveau de l’édifice.

MONT POPA

Le mythique Mont Popa, à 50 kilomètres de Bagan offre un intérêt tout particulier. Le pic volcanique de Popa Taung Kalat s’élève à 737 mètres de hauteur et il est dit qu’il abrite la maison des esprits Nats. L’ascension se fait par un escalier couvert et vous n’échapperez pas aux singes, résidents des lieux venant quémander cacahuètes et autres friandises. Les 37 Nats ou esprits de la nature  sont représentés sous forme de figurines abritées dans un autel dans le village de pèlerinage au sommet du pic. La vue panoramique sur la vallée et le mont Popa est à ne pas manquer.

PAKKOKU

Pakkoku, connue pour être un centre important dans la production et le commerce de tabac est une petite localité provinciale au Nord de Bagan et en bordure de l’Irrawaddy.

Accessible par la rivière, le trajet prend environ une heure et demie sur l’Irrawaddy et donne l’opportunité de voir la vie locale et les activités le long du fleuve ainsi que le passage de bateaux aux chargements divers.

Le petit marché couvert de Tanaka est caractéristique, le célèbre arbre à l’origine du léger masque que s’appliquent les birmanes sur leurs visage pour adoucir leur peau et se protéger du soleil.

Pakkoku est aussi réputée ses ateliers de  fabrication des cigares birmans, appelés Cheroots ainsi que les tongs birmanes traditionnelles.

Le monastère de Pahangyi est l’un des plus vieux monastères en bois du pays.